Mais comment font-ils ?

Lorsqu’on fait remarquer que l’imposition du revenu est anormalement élevée dans le canton de Vaud et que le barème d’impôt mériterait d’être revu à la baisse, certaines personnes craignent qu’une diminution de la fiscalité implique des coupes sombres dans les services publics ou les prestations sociales.

Il faut regarder ce qui se passe dans les autres cantons, en particulier dans ceux dont la situation est globalement comparable à celle du canton de Vaud. Zurich en est un bon exemple, avec une grande ville-centre, d’autres centres urbains régionaux, un arrière-pays rural et un dynamisme économique comparable à celui de l’Arc lémanique.

Comment se fait-il que les impôts zurichois soient toujours nettement plus bas que les impôts vaudois, quelle que soit la situation personnelle des contribuables et leur niveau de revenu ? Les services publics à Zurich seraient-ils moins développés que dans le canton de Vaud ? Les prestations sociales y seraient-elles insuffisantes ? Y a-t-il moins de transports publics, d’écoles, d’hôpitaux ou de postes de police ? Non, ce n’est pas le cas.

On peut faire le même constat en regardant le niveau des impôts par exemple à Genève ou à Bâle – des cantons où la ville est prépondérante et qui n’ont que peu d’arrière-pays, mais dont la structure urbaine autorise tout de même une comparaison avec le canton de Vaud : là encore, quels que soient la situation personnelle et le niveau de revenu envisagés, les impôts vaudois sont plus lourds qu’ailleurs !

Avec les bénéfices réalisés chaque année, le canton de Vaud a une véritable marge de manœuvre. Il pourrait adoucir ses barèmes fiscaux sans pour autant toucher aux prestations publiques.
comparaison impots vaud zurich
Rejoignez notre action
Case postale 1215
1001 Lausanne
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram